Actualités

Air Force veut des avions de chasse autonomes d’ici 2023

air force avion de chasse

L’intelligence artificielle s’invite dans le département de l’Armée de l’air américaine. Le programme de développement d’une technologie autonome pouvant être installé sur ses nouveaux drones et avions de combat vient d’être annoncé.

Le Royaume-Uni ainsi que la Russie avaient déjà passé le cap. L’intelligence artificielle et l’automatisation des drones de combats ainsi que des tanks semi-autonomes serait en vigueur chez les deux armées, de quoi lancer la course vers l’IA militaire. Mais ces dernières heures, le Secrétaire adjoint de l’Air Force américaine Will Roper a annoncé un programme de développement de la technologie sur ses drones… comme sur ses avions de chasse. Les échéances sont dans un futur assez proche : respectivement 2021 et 2023 pour les deux types d’engins.

« Une IA consciente et réactive »

En 2016 déjà, Air Force communiquait au sujet d’un programme d’intelligence artificielle sur simulateur baptisé ALPHA, qui avait permis de démontrer tout l’intérêt et l’efficacité d’une robotisation des combats. Le système ne dirigeait d’ailleurs pas qu’un simple avion, mais pouvait piloter une flotte entière d’appareils. Ses capacités ne se limitaient bien évidemment pas à la simple gestion des mouvements des avions, mais bel et bien l’établissement de tactiques pour avoir son adversaire.

Le chiffre clé d’ALPHA : 6,4 millisecondes pour capter et traiter l’intégralité de toutes les données transmises par ses capteurs. Au résultat, Air Force avait demandé à l’un de ses pilotes vétérans, Gene Lee, d’affronter l’IA. Lui qui forme les nouveaux pilotes aux tactiques de combat, n’a pu emporter aucune manche face à ALPHA. « J’ai été surpris par la manière dont elle était consciente et réactive. Elle semblait être consciente de mes intentions et réagir instantanément à mes changements en vol et à mes déploiements de missiles. Elle savait comment déjouer le tir que je faisais. Elle changeait instantanément entre les actions défensives et offensives en fonction des besoins », pouvait s’exclamer le militaire à nos confrères de Popular Science en 2016. Avant d’ajouter qu’il s’agissait de « l’IA la plus agressive, réactive, dynamique et crédible que j’ai jamais vue ».

alpha simulateur air force

Gene Lee, pilote vétéran d’Air Force, n’a remporté aucun des combats face à l’IA

De courtes échéances

Bien que ces technologies ne soient pas sans procurer tout un tas d’imagination à la Terminator, leurs concrétisations ne devraient pas être autant « sexy » que dans le film de science-fiction. Pour Will Reeper, le projet se doit d’être « faisable et renouvelable ». D’autant plus que les aéronefs qui en seront équipés ont été annoncés sur des délais assez courts : 2021 pour les drones et 2023 pour les avions de chasse. « Je veux que le programme soit réel et opérationnel d’ici quelques années, quitte à faire pression pour qu’il sorte plus rapidement », avait pu déclarer le militaire.

Illustrations University of Cincinnati et NightMareSR71

Laissez un avis !
Cliquez pour commenter

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

To Top