Actualités

Avec sa nouvelle carte bancaire, Apple fait sa place parmi les néobanques

Le géant américain lance sa première carte bancaire, en titane, et devient un « établissement de payement » avec son nouveau service baptisé Apple Card. Destiné dans un premier temps aux États-Unis, le projet a été développé avec la banque Goldman Sachs et le terminal de payement Mastercard.

Apple n’est plus qu’un vendeur de produits physiques et logiciels en vue des nouveaux services présentés lors de sa dernière keynote. A côté de son service d’abonnement vidéo et de journaux, le géant américain devient également un établissement de payement. Comprenez qu’il sera possible dès cet été aux États-Unis de payer avec une carte bancaire badgée Apple.

Une carte Mastercard pour une ouverture de compte gratuite

Le projet est finalement un aboutissement d’Apple Pay. Après avoir permis aux utilisateurs d’iPhone ou d’Apple Watch de pouvoir régler des achats directement via une application disponible sur leur terminal, Apple se lance dans l’élaboration d’une vraie carte de payement sous le format de néobanque. Celle-ci sera en titane, développée par Mastercard et possédera le nom du propriétaire du compte gravé au laser. Si la protection de ses données fût le mot d’ordre d’Apple, il faudra noter que la carte bancaire ne possède pas de puce NFC. En d’autres termes, elle n’offre pas le service de payement sans contact. Il faudra donc passer par son iPhone ou une Apple Watch pour pouvoir procéder à tout règlement rapide. Un point qui pourra faire défaut, mais qui permettra néanmoins aux utilisateurs de pouvoir éviter tout problème de risque de piratage avec un lecteur de carte dissimulé à proximité.

Aucun frais de tenue de compte

En France comme aux États-Unis, ces nouvelles banques en ligne fleurissent assez fréquemment. On notera par exemple la présence de N26 ou Qonto sur le marché français. Bien qu’Apple Card ne semble pas avoir comme projet d’être développé sur le Vieux continent, ses fonctionnalités et caractéristiques n’en sont pas moins très intéressantes et alléchantes. Tout d’abord, il n’y a aucuns frais de tenue de compte ainsi qu’aucun prélèvement suite à des achats à l’international. Un bel argument, tant les autres néobanques restent pour la plupart payantes ou bien gratuites mais très limitées en nombre de transactions effectuées par mois.

Une récompense pour chaque achat

Un système répandu aux États-Unis sera intégré à la nouvelle carte d’Apple : le « cashback ». Il s’agit d’un système de récompense qui s’obtient pour tout payement effectué par le biais du terminal. Le processus : lors de tout achat, 2 % du montant de la transaction seront enregistrés par Apple puis reversé à l’utilisateur sur son compte Apple Pay Cash. Cette part montera à 3 % pour tout achat effectué de produits Apple.

Par ailleurs, l’interface reliée au compte de la carte se dote elle aussi de quelques instruments intéressants. A l’aide d’Apple Plans, l’historique des achats permettra de livrer des informations précises sur les commerçants où les règlements auraient été effectués, ce qui n’est pas le cas sur les relevés de banque classiques. Des outils de gestion de compte classiques mais pratiques seront également disponibles.

Laissez un avis !
Cliquez pour commenter

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

To Top