Actualités

Blue Origin : le projet de Jeff Bezos pour la Lune en 2024

Trois ans de développement auront permis à l’homme d’affaire de présenter en ce mois de mai un engin d’alunissage. Son premier test est planifié pour 2024 par la société en charge du projet Blue Origin, et cherchera à faire de l’œil à la Nasa.

L’espace est décidément un nouveau terrain de jeu pour les hommes d’affaires visionnaires. Après Elon Musk avec SpaceX, un certain Jeff Bezos – à la tête d’Amazon – avec Blue Origin. Alors que son entreprise fût lancée en 2000, cette dernière a surtout eu de l’activité ces trois dernières années. Une période de travail pour penser un engin d’alunissage, pouvant être opérationnel d’ici 5 ans. Après avoir posé les pieds sur notre satellite naturel, l’humain doit pouvoir « y rester », selon l’homme qui a donné une conférence jeudi 9 mai.

Jusqu’à 3,6 tonnes de marchandises sur la Lune

Pour se donner les moyens de faire sa place dans le monde du spatial, Blue Origin compte viser dans un premier temps le projet fédéral de revenir sur la Lune. Fin mars, Donald Trump, par la voie de son vice-président Mike Pence, avait avancé l’objectif de retourner sur la Lune à 2024, au lieu de 2028. Ce qui laissait dans le vent la Nasa, pour qui le calendrier se montrait trop serré. De ce fait, les appels d’offres vont bientôt démarrer, au sujet de multiples équipements dont ils auront besoin pour remplir la mission. Un engin d’alunissage fait bien évidemment partie de la liste.

Avec son projet présenté ce 9 mai, Jeff Bezos a décrit quelques-unes des principales caractéristiques de l’engin. Avec ses quatre bras pour supporter l’appareil une fois posé sur la lune, les capacités de ce dernier seront de l’ordre de 3,6 tonnes de fret transportables, voire 6,5 pour une version plus grande de l’alunisseur. L’engin pèsera trois tonnes à vide, et 15 une fois le carburant (de l’hydrogène liquéfié) dans un réservoir sphérique placé au cœur de l’appareil.

A quoi servira-t-il ?

Par ailleurs, la question du poids ne permettra pas au modèle de proposer à des astronautes de venir s’aluner directement avec. La présence d’humain sera bien évidemment possible, mais ces derniers devront rejoindre le module une fois que ce dernier sera posé. Quatre petits rovers embarqueront normalement avec l’appareil. Le projet visera d’atterrir sur le pôle sud de la Lune, là où la présence d’eau glacée est volumineuse. Cette dernière pourra être exploitée pour en produire de l’hydrogène, et l’alunisseur pourra permettre de réaliser une base pour ensuite partir de nouveau vers l’exploration spatiale, en n’oubliant pas notre « Blue Origin »…

Blue Origin : le projet de Jeff Bezos pour la Lune en 2024
Cliquez pour commenter

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

To Top