Application Study Facebook
Actualités

Facebook Study : vos données en l’échange de monnaie

Pour présenter une transparence plus importante auprès de sa communauté, Facebook souhaite trouver des volontaires pour récolter et analyser en profondeur leurs données numériques. Pour attirer, ce partage d’informations possèdera une contrepartie financière. Voici Facebook Study, le nouvel espion, qui ne se cache pas.  

Il y a quelque temps, voilà que j’assistais à une conférence de Gaspard Koenig, le fondateur du think-tank français « Génération Libre ». Prônant le « jacobinisme libéral », sa vision politique est bien connue dans la culture tech française. La raison ? Sa thèse défend l’objectif de rendre l’individu juridiquement propriétaire de ses données personnelles. Chacun pourrait ainsi vendre ses données aux plateformes, ou au contraire payer pour le service rendu et conserver ses données privées. La transition était donc toute trouvée pour parler aujourd’hui de la présentation de l’application « Study » par Facebook. Dévoilé dans un communiqué de presse datant du 11 juin, cet outil d’étude de nos données vient remplacer « Onavo », un VPN proposé par Facebook et accusé de multiples débordements dans son espionnage.

Facebook va rémunérer vos données

Study n’est pour l’heure disponible qu’en Inde et aux Etats-Unis, sous forme d’expérimentation. Cette application, que chacun sera libre ou non de télécharger, servira de véritable espion au géant du web pour analyser nos données. Ces dernières ne se limiteront pas qu’à Facebook et ses applications tierces, bien qu’elles soient nombreuses (Instagram, Messenger, WhatsApp, …). Study aura votre permission pour analyser toutes vos applications, en prenant vos coordonnées et comportements sur celles-ci (temps d’utilisation, type de réseau, montants dépensés, …).

Par ailleurs, Facebook tient à rassurer en indiquant que Study n’aura pas la permission à enregistrer vos données confidentielles. Pour eux, ces dernières se résume aux identifiants et aux mots de passe. En outre, « Nous ne vendons pas non plus les informations récoltées avec l’application à des tiers et ne les utilisons pas pour le ciblage publicitaire. Elles ne sont pas ajoutées au compte Facebook d’un participant s’il en a un », indiquait également le communiqué.

Study from Facebook

En l’échange d’une rémunération

Pour pouvoir un minimum intéresser des utilisateurs à télécharger l’application (qui n’exige aucunement d’avoir un compte Facebook, d’ailleurs), Facebook indique rémunérer les « cobayes ». Toutefois, aucune information n’a été communiquée au sujet du montant et de la manière dont les utilisateurs seront rémunérés. Virement ou bon d’achat ?

En tout cas, il faudra tout de même être âgé de plus de 18 ans pour pouvoir participer à ce programme d’étude. Du fait d’une présence unique sur le Play Store, seuls les détenteurs d’un smartphone sous Android pourront également télécharger l’application. Aucune date n’a été communiquée quant au déploiement en Europe. Retenez par ailleurs que ce genre d’outil est d’un intérêt gigantesque pour Facebook. Selon les rumeurs, le VPN « Onavo » avait dans son temps permis la décision du rachat de WhatsApp. C’est dire.

Lire aussi : Une faille dans Google Photos permettait d’accéder à nos données de localisation

Laissez un avis !
Facebook Study : vos données en l’échange de monnaie
2 Commentaires

2 Comments

  1. Pingback: Une faille sur Google Photos permettait d'accéder à nos données de localisation | Kawaso

  2. Pingback: Libra : la cryptomonnaie qui veut concurrencer les devises classiques | Kawaso

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

To Top