Actualités

L’alternative à l’IA Neuralink donne des nouvelles

Neuralink donne à nouveau des nouvelles après deux ans de silence. La société fondée par Elon Musk vise à développer un composant permettant de renforcer les capacités du cerveau.

Depuis 2017, peu d’informations avaient échappée à la startup. Neuralink, ou l’alternative à l’intelligence artificielle, fut créée en 2016 et s’est montrée très discrète depuis. La dernière information sortie datait de 2017, il y a deux ans, où la société indiquait avoir pu obtenir pas moins de 27 millions de dollars depuis sa création. En l’espace d’un an, cela représente une belle levée de fonds auprès d’investisseurs.

« Coming Soon »

Fidèle à son image souvent décalée et jouant la démesure, Elon Musk est revenu cette semaine sur Neuralink par le biais de Twitter. Sur son compte, en réponse au tweet d’un fan questionnant l’entrepreneur pour qu’il apporte des informations sur la startup, le fondateur de Neuralink lui a tout simplement répondu « Coming Soon ». Il semblerait que l’entreprise soit en mesure de revenir dans l’actualité avec de nouvelles informations. Auparavant, la feuille de route communiquée par Neuralink voyait 2021 comme horizon, pour présenter sa première technologie.

Une alternative à l’IA

Après le monde bancaire, l’aérospatial et la mobilité électrique et connectée, Elon Musk avait enregistré l’entreprise Neuralink en 2016 en tant que compagnie de recherche médicale. Mais comme son nom l’indique, ses recherches visent à développer une technologie d’interface connectant le cerveau humain avec une assistance électronique, permettant d’augmenter les capacités du cerveau tel qu’en lui apportant de la mémoire supplémentaire ou en l’aidant dans son activité cérébrale.

Pour 2021, il ne serait pas étonnant de voir arriver une technologie tournée vers l’assistance aux personnes handicapées, ayant été victimes d’un accident vasculaire cérébral (AVC). La technologie pourrait dans un premier temps chercher à répondre à des problèmes médicaux tel que dans ce cas. Mais par la suite, l’idée d’une assistance cérébrale permettant de gonfler les facultés du cerveau ne seraient pas autant absurde que ce qu’est l’intelligence artificielle. D’ailleurs, Neuralink pourrait se présenter comme une alternative probable à l’IA, en cherchant de son côté à améliorer l’humain plutôt que de le remplacer.

Laissez un avis !
Cliquez pour commenter

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

To Top