Actualités

Uber met à disposition ses vélos électriques à Londres

Après Paris en avril dernier, les vélos en libre-service Jump font leur début à Londres. En 2010, Uber avait racheté la startup new-yorkaise au même nom, et cherche depuis à en créer une diversité dans son modèle d’affaires.

L’alternative aux Vélib’ parisiens avait une nouvelle concurrence venue de Californie : le 11 avril dernier, les vélos électriques Jump arrivaient dans la capitale française, avec 500 exemplaires mis en location. Un déploiement européen qui a également touché les villes de Berlin, Lisbonne et Bruxelles, et aujourd’hui Londres, la dernière ville visée par Uber.

A Paris, Uber propose depuis le 10 avril des vélos et trottinettes électriques en libre service.

350 vélos alloués

Pour commencer, 350 exemplaires vont être mis à la disposition des londoniens, dans l’unique arrondissement d’Islington. Le district du nord de la capitale servira de test pour le service, avant un déploiement plus important « au cours des prochains mois ». Les 350 vélos proposés se doteront donc d’une assistance électrique, permettant notamment de pouvoir se déplacer jusqu’à 25 km/h.

Les prix du service

Pour pouvoir louer un vélo, il faudra tout simplement se rendre sur l’application d’Uber, et repérer l’un des vélos rouges très reconnaissable du service. Pour en déverrouiller un, le prix sera de 1 £, soit 1,14 euros. Par la suite, le service coûtera 0,12 £ la minute, soit 14 centimes. Des prix qui sont calqués sur les américains.

Bien rester dans la zone

Le service étant pour l’heure réservé au district d’Islington, il ne sera pas possible de garer le vélo en dehors de la zone délimitée et visible sur l’application. Uber vous enverra un message d’avertissement, afin que vous puissiez regagner la zone en question pour laisser le bicycle. Mais si vous n’y prêtez pas attention, l’amende sera de 25 £ selon Uber. Faites bien attention, notamment si vous souhaitez rejoindre le centre-ville.

Info bourse Uber

Uber diversifie ses activités

En se lançant dans cinq villes européennes, Uber cherche à se diversifier dans ses activités et ses revenus. Il faut dire que le secteur de la mobilité n’est pas si clair que ça, et s’engager dans de nouveaux modèles d’affaires permettra à l’entreprise de rassurer ses investisseurs et d’assurer ses profits. D’ailleurs, il y a quelques semaines, nous apprenions qu’Uber s’implantait également en Inde, via le rachat du service de location Yulu. Difficile de savoir si cette nouvelle voie permettra au géant de la mobilité d’assurer ses débuts à Wall Street, où l’entreprise est entrée en bourse le 10 mai dernier.

Laissez un avis !
Uber met à disposition ses vélos électriques à Londres
Cliquez pour commenter

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

To Top